Escapade à Hell-Bourg

Au fin fond du cirque de Salazie, les villages ont laissé place aux bourgs colorés dont les noms originaux prêtent à sourire. Grand Ilet, Mare-à-Citron, Mare-à-Vieille-Place… Derrière ces titres imagés se cachent des maisons aux couleurs éclatantes, des champs fleuris, mais surtout une vue impressionnante sur les montagnes alentours​. C’est au cœur de cette végétation luxuriante, à la fin d’une petite route escarpée que trône l’un des plus beaux villages de la Réunion — et même de France puisqu’il détient le titre de « Plus beau village de France » — : Hell-Bourg.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Hell-Bourg, le village de l’enfer ? Mais non ! Cette traduction pas très prometteuse venue de l’anglais n’a rien à voir avec l’origine exacte du nom de ce lieu-dit. En réalité, le village possède le nom d’un gouverneur de Bourbon, Anne Chrétien Louis de Hell. Et, comme c’est un Bourg, les créoles n’ont pas cherché midi à 14 h, il est baptisé, en 1841, Hell-Bourg.

Avant de devenir le petit hameau que l’on admire aujourd’hui pour ses cases colorées, Hell-Bourg était, autrefois, un haut lieu de passage et d’activité grâce à ses sources d’eau chaude aux vertus thérapeutiques reconnues. Un établissement thermal — dont il ne reste que les vestiges aujourd’hui — y est fondé en 1852. Très prisée, la commune attire les curistes comme les riches commerçants ou les bourgeois. Difficile de l’imaginer, pourtant, une vie urbaine et mondaine s’organisait jadis à Hell-Bourg !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Par chance, le déclin d’Hell-Bourg s’est fait rapidement, nous laissant aujourd’hui des vestiges d’une belle qualité. Les cases des créoles bourgeois du début du siècle sont devenues chambres d’hôtes ou de jolis jardins ombragés, où s’installer pour l’apéro. La Poste, la pharmacie ou encore la bibliothèque, des bâtiments communs à toutes les villes françaises qui pourtant,  en ce lieu reculé dans la montagne, deviennent les sujets des photographies souvenirs. Sur la place du village, les boutiques délivrent leurs flots de babioles pour satisfaire les voyageurs de passage. Car à Hell-Bourg, on ne fait qu’une courte halte.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Après la traversée de la principale et unique rue du lieu-dit, la découverte du vieux bâtiment des thermes et la visite guidée des cases créoles typiques, la boucle est bouclée. Il n’y a plus qu’à redescendre dans la vallée, sans oublier d’admirer les nombreuses cascades qui entourent Hell-Bourg, parant la petite cité d’un rideau argenté.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s