Les 10 incontournables bizarreries Réunionnaises

Paysages époustouflants, plages de sable blanc, rhums arrangés délicieux, villages ravissants, cases créoles aux mille couleurs … il y a bien des merveilles à citer lors d’un séjour à La Réunion. Mais, lorsqu’on quitte un temps sa casquette de touriste hébété pour se fondre, avec un peu de curiosité, dans la population créole, on découvre des us et coutumes intéressants, surprenants, voire même un peu bizarres !

Top 10 des plus incontournables :

1 – Le Riz

Vous avez l’habitude d’acheter votre paquet de 1kg de riz au supermarché, voir même une petite boîte avec 2 sachets fraîcheur pour les plus réfractaires à cette céréale. Eh bien, vous risquez d’être bien surpris ! Non, non, il n’y a pas que les Chinois qui mangent le riz par tonne, les créoles aussi. Matin, midi et soir. Plus qu’un repas, c’est un rituel : riz, grains, cari. Et pour remplir les assiettes de ces bons mangeurs, les sachets d’un kilo sont loin d’être suffisants (ou alors un par jour … et par personne !). Auchan, Géant Casino, Carrefour ou encore Leclerc, les supermarchés sont identiques, à une chose près : le rayon « céréales ». Si les sortes de pâtes peuvent se compter sur les doigts de la main, en ce qui concerne le riz ce n’est pas la même histoire. Une allée entière y est consacrée. Mais ce n’est pas tout : le produit est vendu par sachet de 5 voir 10 kg ! Non, vous n’êtes pas chez un grossiste pour les restaurants, il s’agit bien de la quantité achetée et consommée mensuellement (en moyenne) par une famille réunionnaise qui se respecte. Impressionnant !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

2 – Le Gabier

Mais quel est donc ce drôle d’objet ? Un animal ? Une plante endémique ? Une insulte locale peut-être ? Que nenni ! Il s’agit là d’un … distributeur de billets ! Mieux vaut donc avoir un guide avec soi la première fois que l’on est en quête de monnaie sur l’île, car ici, les panneaux indiquent tous « gabier » voir même « Gab ». On imagine aisément la complexité de la situation inverse : un Réunionnais fraîchement débarqué en métropole et demandant au premier passant, avec naïveté, « le gabier le plus proche s’il vous plaît » …

img_7890

3 – Saveurs créoles

Vous en rêviez ? Ils l’ont fait ! Fraise, abricot, vanille … y’en a assez de ces saveurs classiques vues et revues dans tous les yaourts possibles et imaginables. Ici, les marques se sont adaptées en créant des packs spéciaux aux saveurs locales. Letchi, banane, mangue, passion … mmh un vrai délice ! Évidemment, ça ne vaut pas les fruits fraîchement cueillis vendus sur les marchés, mais c’est un changement bien agréable pour le palais. Les Français de métropole sont en droit de se plaindre, pourquoi ces yaourts d’exception ne s’exportent pas ? … Bon, ne soyons pas trop jaloux, nous, nous avons nos milliers de fromages pour compenser !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

4 –  Le sandwich local

Les Etats-Unis ont leurs Burgers, le Moyen- Orient a son Kebab, les Parisiens leurs Jambons beurre … et bien les Réunionnais aussi ont leur sandwich de référence : l’Américain Bouchon ! Cette douceur locale – cependant bien calorique – vendue dans tous les snacks de l’île fait fureur tant chez les jeunes affamés que les familles en quête d’un pique-nique sur la plage ou encore les couples plus âgés en balade. Vous l’aurez compris, c’est LE sandwich que tout le monde déguste sur le pouce. Le délicieux met comprend une belle baguette ouverte en deux, emplie de bouchons, de frites, de sauce (au choix) puis recouverts de fromage. Le tout est ensuite gratiné avant d’être servi bien chaud. Miam ! Bien sûr, cet Américain a une foule de déclinaisons en fonction des goûts : Américain merguez, poulet ou encore sarcives, des versions sans frites, d’autres avec des achards … Une chose est sûre, tout le monde trouve son bonheur sans pour autant dépenser l’intégralité du porte-monnaie (compter entre 3 et 4€ le sandwich en moyenne).

dsc_0199

5 – Service grand format

Pour les plus gourmets qui préfèrent le restaurant plutôt que le sandwich au snack, prévoyez d’avoir grand-faim ! En effet, les créoles ne sont jamais avares sur la nourriture. Riz, grains accompagnant le cari au menu, jusque là, rien d’anormal. Mais, ne vous attendez pas à recevoir une simple assiette lors du service ; comptez plutôt un bol de grains (lentilles ou autre), un grand saladier de riz (avec souvent de quoi nourrir toute la tablée) et un plat de cari où se resservir jusqu’à plus faim.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

6 – Les pompistes

A La Réunion, tout le monde a sa voiture ; essentielle pour aller tant vers la plage que vers les hauteurs. Une chose est sûre, ici, le marché de l’automobile va bon train, les villes grouillent de garages comme de concessionnaires de toutes marques. Mais ce marché lucratif façonne surtout un métier depuis longtemps disparu en métropole : le pompiste ! Eh oui, le Réunionnais n’a même pas besoin de lever le petit doigt  pour faire le plein de carburant, pas même pour payer son dû. Tendez votre billet au sympathique pompiste par la fenêtre, et c’est reparti pour un tour ! Pratique.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

7 – Les voitures qui fument

Outre les embouteillages récurrents et les accidents à tous les carrefours, il y a une autre bizarrerie qui ne se rencontre que sur les routes de l’île de La Réunion : les voitures qui soufflent des épais nuages de fumée noire ! Pourquoi ? Comment ? Voilà une grande question qui reste en suspens. Changent – ils l’essence par du rhum ? De la canne à sucre broyée ? Personne ne peut le dire ! (À part peut-être les fameux pompistes ?) Les créoles aiment pourtant bichonner leur lauto, et beaucoup pratiquent le tuning… Enfin, soyez rassurés, ce n’est pas un incendie qui se déclare en pleine route des Tamarins, ce n’est qu’une voiture crachant toute sa pollution !

Renault Espace qui fume noir

8 – La boisson nationale : la dodo

Avant tout, replaçons le contexte : le Dodo, qu’est ce que c’est ? Il s’agit d’un oiseau aussi dodu qu’un dindon et au plumage grisonnant. Ce volatile des îles Mascareignes avait peu à peu perdu son aptitude à voler puisqu’aucun prédateur ne venait le déranger dans sa quête des fruits, feuilles et graines à grignoter. Chassé par les premiers colons de l’île – et probablement aussi par leurs chats, chiens, cochons et autres animaux qui les accompagnaient – cet oiseau grassouillet et maladroit a totalement disparu. Mais la Réunion ne l’a jamais oublié puisqu’aujourd’hui une célèbre bière porte son nom, La Dodo ! Pas un snack, pas un bar, pas un restaurant n’en propose pas à sa carte. La boisson favorite des Réunionnais, jeunes comme moins jeunes, s’affiche fièrement aux quatre coins de l’île, donnant une seconde vie, bien plus glorieuse au Dodo.

Pour les enfants, pas de bière, mais une boisson tout aussi célèbre et incontournable : le Cot. Au citron, à l’ananas ou nature, cette sorte de limonade est un vrai délice pour les papilles !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

9 – Les Caris – Barquettes

On l’aura compris, le Réunionnais aime manger. Des snacks à tous les coins de rue, des samoussas croustillants sur tous les marchés, des aires de pique-niques où s’installer sur chaque route … bref, quand on a faim, on a l’embarras du choix concernant le lieu où s’installer.  Parfois l’envie de savourer un bon plat typique fait maison se cumule à une flemme extrême de se mettre aux fourneaux, là, une solution s’impose : des barquettes ! Chez Les Bons Enfants (chaîne de restaurants « barquettes » la plus connue), comme chez les autres, les petits plats créoles s’alignent derrière la vitre : cari poulet, rougail saucisses, rougail morue, riz cantonnais, shop suey … Le plus dur reste alors de se décider ! On repart avec une barquette (ou deux !) bien garnie d’un cari – riz –grain délicieux à consommer seul ou entre amis, sur la plage ou sur son canapé. Un vrai régal sans remuer un orteil, ou presque !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

10 – Les ravines aux noms improbables

Sur l’île de la Réunion, les montagnes sont percées de milliers de ravines qui dégringolent jusqu’à la mer. D’où viennent-elles ? Tout simplement des empreintes laissées par les coulées de lave ou par les cours d’eau virulents lors des cyclones. Jusque là, rien de bien surprenant. Sauf que les Réunionnais se sont amusés à donner un nom à chaque ravine ! Si pour certaines cela reste très classique telle « la Ravine de la Saline » aux abords de la cité balnéaire de La Saline ou la « Ravine de l’Ermitage » à côté de la ville de l’Ermitage d’autres laissent plus pantois. Il y a celles qui semblent manquer d’imagination (en même temps à force, ça devient difficile !) comme « petite ravine » suivie de « grande ravine ». Il y a celles qui se démultiplient, se suivent et … se ressemblent ! Il y a celles dont les panneaux font bêtement sourire comme « La Ravine des Poux », « La Ravine du Trou » ou encore « La Ravine de la Veuve ». De la route des Tamarins à celle des coulées de laves en passant par la route du littoral, les petits panneaux noirs amusent les touristes attentifs au fil de leurs découvertes. Les Réunionnais eux, habitués, ne les voient même plus . Mais, au summum du comique , s’il y en a une qu’il ne faut pas manquer sur la route des laves, peu après Ste Anne, c’est « La Ravine au droit de la Poste » : fou rire assuré !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s